23 décembre 2021
En train pour Chiang Mai

publié par :
Thierry LLOPIS
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En train pour Chiang Mai

vendredi 17 décembre 2021

C’est par le train de nuit que je quitte Bangkok pour Chiang Mai.

Pour l’avoir déjà pris lors de précédents voyages, un fois dans ce sens là et l’autre fois dans le sens de Chiang Mai à Bangkok, je sais qu’il est un moyen assez confortable pour relier ces deux villes.

Cette fois-ci, à cause de cette fichue particule qui complique nos voyages, pas de service de dîner à bord.

C’est bien dommage 🙁


Renseignement pris lors de l’achat de mon ticket de train, je suis arrivé avec pas mal d’avance pour prendre mon repas du soir dans un restaurant en face de la gare de Hua Lamphong.

dernier dîner près de la gare de Bangkok Hua Lamphong avant de prendre mon train pour Chiang Mai - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
dernier dîner près de la gare de Bangkok Hua Lamphong avant de prendre mon train pour Chiang Mai

C’est la dernière fois de ma vie que je prendrai un train dans cette gare.
Non pas que je n’aime pas cette gare, bien au contraire, mais bientôt la gare de Bang Sue Grand Station bien plus grande la remplacera.

Le 23 décembre, dans quelques jours.


Une émotion particulière m’envahit lorsque je prends mon train.
Comme faire à adieu à une personne aimé, là c’est un lieu qui représente si bien l’ailleurs.

la gare de Bangkok Hua Lamphong avant de prendre mon train pour Chiang Mai - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
la gare de Bangkok Hua Lamphong avant de prendre mon train pour Chiang Mai
enveloppe2 - l'autre ailleurs - une autre idée du voyage

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c’est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales (accessibles en cliquant ici)..

Lors de l’achat de mon billet, j’avais bien compris que le train serait plein.

Et c’est le cas.

 

Avant que les sièges ne se transforment en couchettes, comme une citrouille en carrosse, non pas, par la baguette magique d’une fée mais par la féerique dextérité du contrôleur du train, je fais la connaissance d’un groupe de thaï.

Amis et collègues de travail dans le journalisme online, ils se rendent pour quelques jours dans une ville proche de Chiang Mai pour aller y faire du camping et des randonnées dont ils sont férus.

Quelques minutes après le départ, le train s’arrête.
Mes amis me font remarquer que le grand, que dis-je l’énorme bâtiment tout proche de la voie et qui ressemble à un aérogare est en fait la toute nouvelle gare de Bang Sue Grand Station.

La plus grande gare ferroviaire de toute l’Asie, d’après eux. Je veux bien les croire.

rencontre avec de sympatiques thaï de Bangkok dans le train de nuit pour Chiang Mai - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
rencontre avec de sympatiques thaï de Bangkok dans le train de nuit pour Chiang Mai

Pas besoin d’attendre minuit pour l’histoire de la citrouille et me retrouver enfin allongé.Tentant de dormir du mieux qu’il est possible en de telles circonstances.

je me prépare pour ma nuit en couchette dans le train de nuit pour Chiang Mai - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
je me prépare pour ma nuit en couchette dans le train de nuit pour Chiang Mai

samedi 18 décembre 2021 

Au matin je suis réveillé, toujours pas par une fée mais par le contrôleur fort sympathique bien que sans baguette magique.

A nouveau le voilà à transformer ce qui fut ma couche en assise, en des gestes bien maîtrisés. Je le regarde faire quelque peu ébaubi. Puis c’est au tour du paysage qui défile que très vite se porte mon intérêt. 

Le train ralenti enfin, Chiang Mai, terminus, tout le monde descend !

A la descente du train, il règne un effervescence digne d’un passage de frontière. Un embouteillage de passagers, sac à dos pour certains et valises sous les yeux pour beaucoup.

Dans une grande humilité, je me classe dans ces deux catégories.

J’ai du mal à comprendre ce qui se trame.

 

Des officiels en uniforme semblent donner des consignes avant d’autoriser la sortie. Apparemment il est demandé d’aller, avec son télpéhone, sur un site web et de s’enregistrer.


Ce que je fais tant bien que mal.

 

Quand je lève les yeux de mon téléphone, je vois bien que mon cerveau n’a pas été très véloce dans l’exercice puisque la gare s’est vidée. Les officiels en uniforme ont disparus, comme si finalement tout ça n’avait pas été le simple fruit de mon imagination.

Va savoir.

 

A la sortie, je m’attends à être alpagué par un chauffeur.
Fort heureusement c’est un Grab (équivalent d’Uber) et c’est un prix vraiment modique qu’il me propose pour me déposer devant mon hôtel.

Cet hôtel là, l’ OYO 930 Born Guest House, je n’y viens pas hasard mais y reviens avec plaisir. J’avais pu l’apprécier lors du retour de mon périple au Myanmar.

J’ai de la chance, je peux prendre possession de ma chambre dès mon arrivée.
Pas besoin d’attendre 14h. Bon signe pour moi mais peut-être pas pour l’hôtellerie.

Les touristes ne sont pas encore tous revenus.

Dernières informations thaïlandaises :

A l’heure où je commence à rédiger cet article, la nouvelle vient de tomber comme un coup de massue.

Le programme Test&Go dont j’ai bénéficié pour venir à nouveau en Thaïlande est suspendu jusqu’à nouvel ordre 🙁

Les autorités, le ministre de la santé, ont pris cette décision face au variant omicron qui défraient tristement l’actualité sanitaire mondiale.

Désormais et jusqu’au retour de cette mesure, pour venir en Thaïlande, et pour faire simple, il faudra en passer par la Phuket Sandbox, rester 7 nuits à Phuket avant de pouvoir circuler librement dans tout le pays.

Détails sur le site de l’ambassade.

Je prends le temps de m’installer dans ma nouvelle chambre.
J’ai tellement pris le temps qu’il est l’heure de déjeuner.
Là aussi, j’ai mon adresse, le fameux (à mes yeux et mes papilles) restaurant Kat’s Kitchen.

Super, il existe encore.

 

Je m’installe pour y savourer une bonne salade de papaye verte, un curry jaune avec du riz avec un thé glacé. Tout ça cale bien mon petit creux en l’absence de petit déjeuner.

Pour digérer tout ça je passe le reste de l’après-midi à re-re-re-visiter la ville intra-muros de Chiang Mai et sa multitude de temples tous plus beaux les uns que les autres.

Alors qu’il est fort probable que les Huns pas plus que les autres n’aient jamais foulé le sol de cette superbe ville 😉

Le soir venu, je dîne street-food avec un choix impressionnants de plats proposés par des petits stands de rue. La magie de la cuisine thaï !

dimanche 19 décembre 2021

Ce soir c’est le fameux sunday night market.
Traduisons par là, le marché de nuit du dimanche, que je ne voulais rater pour rien au monde.

Outre le fait qu’on puisse y acheter des vêtements, de l’artisanat, des œuvres d’art,….on peut surtout y manger avec pléthore de stands qui proposent chacun sa ou ses spécialités.

Parce que je sais que je risque de ne guère être raisonnable face à la consommation (alimentaire), je me programme une belle journée de marche.

Mais c’est sans compter mes problèmes d’ampoules. Au pieds, j’entends puisque je marche de jour et que je ne suis guère une lumière.

Et comme un appel du pied, d’un pied sans ampoule, au hasard de mes déambulations pédestres, je tombe sur un petit mall (un centre commercial).

Me fait de l’œil, une paire de chaussure de la marque aux trois bandes, vous voyez laquelle…de marque ?

Ce n’est pas le prix dérisoire pour cette paire de chaussures de marque qui m’ennuie mais que je vais devoir me coltiner mes sabots tortionnaires durant tout le reste du voyage.
Alors tant pis si j’alourdis mon sac, priorité à mes pieds.

Être pénard avec mes panards.

Et je ne vais pas le regretter. Chemin faisant je me laisse tenter par l’expérience du coiffeur thaï. Et tout comme j’avais été satisfait lorsque j’étais à Phuket, lors d’un précédent voyage, j’ai une nouvelle tête qui me plaît bien.

Le soir arrive et c’est donc sans souffrance que je peux me rendre au marché.

Devant l’afflux de personnes à cet événement et crise sanitaire oblige l’entrée de la ville est filtrée.

Pour passer les contrôles sur la vaccination et la température, je fais la queue et patiente ne vingtaine de minutes.
Là encore c’est le prix de la sécurité sanitaire que mettent en place les autorités thaïlandaise.

C’est toujours un bonheur de déambuler dans ce marché nocturne.

Et surtout de me délecter, sans être vraiment très raisonnable, de la cuisine thaïlandaise proposée par les différents stands.

lundi 20 décembre 2021

Aujourd’hui rien.

Non pas que ce jour ne ce soit pas passé mais je le passe encore à me promener.

mardi 21 décembre 2021

Aujourd’hui c’est scooter et balade.

Je loue directement pour 250 Bath (environ 6,60€) et pour la journée un scooter.

Au programme, me voilà à nouveau à re-re-re-emprunter la route qui mène au temple de Wat Doi Suthep.

Quelque part sur des petites montagnes.

Avant d’arriver au fameux temple, je fais un détour dans un parc national, une petite cascade, une petite randonnée d’une heure sans grande difficulté.

J’arrive sur le site de Doi Suthep, mon estomac me rappele de ne pas l’oublier. Je déjeune sur place un Pad Thaï qui ne me laissera pas un immémorable souvenir 🙁

un pad thaï pas franchement convainquant à Doi Suthep - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
un pad thaï pas franchement convainquant à Doi Suthep

 

Sur un site touristique, il faut se douter que, soit tu sors la planche à billet pour une maigre pitance, soit cette dernière ne sera guère à la hauteur de ton envie.

 

Pour accéder au site je choisis les nombreuses marches qui y mènent plutôt que l’ascenseur.

ça grimpe pour accéder à Wat Doi Suthep près de Chaing Mai - l'autre ailleurs en Thaïlande, une autre idée du voyage
ça grimpe pour accéder à Wat Doi Suthep près de Chaing Mai

Le site est toujours aussi magnifique, bien que d’un clinquant assez tape l’œil.

Je termine ma visite tranquillement et je reprends mon destrier pour apprécier, comme un motard sait le faire, les lacets de cette magnifique route qui descend sur Chiang Mai.

Ce soir à nouveau, je dîne la nourriture de rue, non sans un double plaisir. Le premier celui des papilles et second le simple plaisir d’être là.

Demain est un autre jour mais également une nouvelle étape de ce périple.

Mais promis, je reviens très bientôt dans cette ville que j’aime.

Les photos de Chiang Mai

Chiang Mai, c'est par où ?

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code