•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Liban

du 10 au 20 mai 2010

Jusqu’en 2010, excepté un voyage en Grèce en 1999, je n’avais pas pris l’avion en quête d’un nouvel ailleurs.

J’avais préféré le train pour parcourir une partie de l’Europe (Irlande, Amsterdam, Bruxelles, tour de la France, …) pour de petits séjours.

J’avais envie d’une destination un peu plus lointaine.
Mais également d’une destination moins courue, pour me sentir vraiment ailleurs et bousculé dans mes repères habituels de voyages un peu trop proches. 

La destination choisie sera Le Liban.

Pourquoi ce pays ?

Peut-être, parce que longtemps son actualité n’incitait guère à sa découverte.

Et surtout qu’il suscitait un sentiment de danger faisant écho à celui de sortir de ma zone de confort dont j’avais terriblement besoin.

A la fois très moderne par certains aspects, le Liban n’en demeure pas moins un pays de traditions.

Melting Pot

Melting Pot des religions, chacune d’entre elles, actuellement, cohabite paisiblement.

Il n’est pas rare de trouver une mosquée à côté d’une église catholique ou/et orthodoxe.

Cependant certains bâtiments témoignent, de par les stigmates de différents guerres et conflits, que la paix n’a pas toujours été d’actualité. 

Le Liban est un tout petit pays que l’on peut parcourir en restant dans sa capitale Beirut (Beyrouth) , ce que j’ai fait.

Beirut est une ville bruyante qui grouille avec une circulation automobile anarchique.

A quoi servent les feux rouges ?

Il ne se passe pas un minute sans qu’on puisse entendre un coup de klaxon, c’est à croire que chaque conducteur en a l’obligation d’usage.

Pour parcourir le pays, depuis et vers sa capitale, celle-ci dispose de mini-bus dont la compréhension des destinations peut paraître déstabilisante pour un occidental.

Ces mini-bus, on les prend un peu n’importe où, tout en marchant dans la rue, comme on hélerait un taxi.

Il convient juste de demander, au chauffeur, la destination, le prix ne varie guère contrairement aux taxis avec qui on doit sans cesse marchander.

Lors de ce voyage, premier d’une longue série dans cet esprit, je n’ai pas écrit de blog pour raconter mon périple, juste utilisé mon site de photos pour en poster quelques unes.

enveloppe2 - l'autre ailleurs - une autre idée du voyage

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c’est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales (accessibles en cliquant ici)..

Pour résumer cette aventure Libanaise, depuis mon domicile de Toulouse, j’ai rallié Paris en train.

Ensuite à Paris CdG, j’ai pris un premier avion pour Prague puis un second pour Beyrouth.

J’ai séjourné uniquement dans cette ville, dans deux hôtels.

Le second (Talal’s New Hotel) moins cher pour de meilleurs prestations et d’un meilleurs accueil, m’ayant donné envie de quitter le premier (pension Al Nazih).

Depuis Beirut, usant de divers transports (bus,mini-bus, taxi) j’ai pu me rendre dans les villes de :

  • Tripoli (à ne pas confondre avec la capitale de la Libye)
  • Byblos
  • Saïda
  • Sour (Tyr)
  • Bécharré
  • Baalbek
  • Jounieh
  • Grottes de Jeïta

Pour conclure, je dirais que pour une personne qui voudrait en faire son premier voyage, cela peut être un peu difficile tant l’organisation n’est pas le fort de ce pays.

Cela reste une destination assez bon marché.

La nourriture (excellente), on peut manger sur le pouce de délicieux falafels ou dans de petits restaurant pour presque rien.

L’hébergement est également peu cher, à condition bien entendu de savoir se passer de luxe 😉

Les sites archéologiques sont magnifiques, et n’ont rien à envier aux sites grecs.

La ville de Beirut est magique, moderne, elle offre aussi une vie pour les noctambules.

Il faut juste savoir s’armer de patience pour prendre un mini-bus et ne pas hésiter à marchander les taxis.

Les gens sont fort sympathiques et avenants, beaucoup parlent français et/ou anglais.

Un séjour d’une dizaine de jours, comme a été le mien, permet du Liban, d’en voir un bon échantillon.

Les photos de ce périple

Le Liban, c'est par où ?

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *