Déjà 4 mois depuis notre précédent voyage, nous ne tenions plus en place.

Ces vacances d’avril semblaient idéales pour mettre un terme, ou du moins une pause à notre sédentarisme.
Notre destination, nous la choisissons un peu rapidement, un peu au dernier moment , un peu en fonction des tarifs proposés en cette période de vacances scolaires. 

De fait, nous ne partons pas très loin et ce sera la Tunisie.

 

L’Afrique sera une première pour Thierry et la quatrième pour Laura après le Maroc, le Sénégal et la Gambie.Un peu comme à notre habitude, nous n’avons guère préparé le périple, les lieux que nous souhaitions visiter… juste pris une chambre d’hôtel pour deux nuits à Tunis afin de ne pas débarquer sans savoir où poser nos gros sacs à dos.

C’est au hasard des rencontres, de quelques réflexions et concertations que nous décidons d’un périple dans le nord du pays, qui s’étalera sur peu de kilomètres, afin de prendre le temps.

Pas de désert au programme, pas de plage dans le sens baignade et bronzette.
Cette dernière activité nous ennuierait vite, d’autant que la température d’avril n’est pas très propice aux orteils en éventails sur une serviette ou dans un transat.

A notre arrivée, nous constatons rapidement que le terrorisme a fait fuir le touriste au grand désespoir des Tunisiens, quasiment tous francophones. Bon nombre d’entre eux, nous accueillent à bras ouverts d’autres, en revanche, flairant la manne financière, nous reçoivent avec un sourire commercial aux lèvres.

Cette démarche mercantile peut apparaître vite fatigante, surtout dans les souks des médina,  pour peu qu’on se laisse entraîner dans le jeu du client gogo qui pourrait tout acheter. Un simple “non” courtois et cela s’arrête.

Thierry
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *