•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 avril 2017

Aujourd’hui nous prenons le train, le TGM, l’équivalent du RER de chez nous, pour La Goulette, Carthage et Sidi Bou Saïd, des municipalités proches de Tunis offrant des points d’intérêts qui valent le détour selon notre guide papier et selon les conseils du patron du restaurant où nous avons dîné hier soir.

C’est la même ligne de train qui dessert ces trois sites et nous devons à chaque fois payer pour un nouveau ticket, heureusement son prix s’élève à 0,68 Dt uniquement (soit environ 0,38 €).

Le TGM
La Ligne du TGM
 
La Goulette
La Goulette
 

Premier arrêt La Goulette, une petite cité balnéaire très ressemblante aux horreurs que nous offre la côte d’Azur française avec ses immeubles qui font face à la mer.

Sur une plage couverte de détritus en tous genres, quelques petits bateaux de pêche et leurs pêcheurs semblent être là pour donner une note agréable à ce décor qui ne l’est guère. Nous décidons de ne pas trop nous y attarder et de reprendre le train pour la prochaine étape Carthage.

 
Carthage
Carthage

Sans vouloir jouer les “blasés”, parce que nous avons, par le passé, eu la chance de visiter des sites de ce type bien plus impressionnants (comme en Jordanie par exemple), nous ne sommes guère emballés et nous gardons en stock les “whaou” et les “oh” pour d’autres occasions. Nous restons un peu sur notre faim et d’ailleurs, il est temps de nous restaurer, car, le tourisme ça creuse.

 
Sidi Bou Saïd
Sidi Bou Saïd

Nous reprenons le train pour poursuivre le périple de la journée. La ligne de chemin de fer depuis Tunis nous mène à Sidi Bou Saïd,  magnifique ville blanche et bleue, où nous nous délectons d’un excellent sandwich libanais ainsi que d’un bon jus de fruits frais (13.600 Dt soit 5,16 € environ pour deux)

On se croirait en Grèce, les murs de cette ville sont blancs et les portes souvent bleues.

Blanc contre la chaleur et bleu contre les moustiques. En cette saison, nous ne souffrons ni de l’une, hélas, ni de l’autre heureusement.

 

Retour sur Tunis
 

En fin d’après-midi, nous prenons une dernière fois le TGM pour rentrer sur Tunis où nous assistons à une manifestation pour la paix, contre les récents attentats perpétrés en Egypte.

Comme une habitude qu’on aime à prendre , nous retournons dîner dans le même restaurant que la veille et prendre une glace chez le même glacier.

Ce dernier nous reconnait et nous appelle “une boule, deux boules”, vous l’aurez deviné : une boule de glace pour Laura et deux boules pour Thierry.

Un sobriquet amusant qui nous restera jusqu’à la fin de notre séjour.

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code