15 juillet 2017
Ubud, la ville des artistes

publié par :
Thierry LLOPIS
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ubud, la ville des artistes

 

vendredi 14 juillet 

Je quitte Kuta avec un mini-bus ou plutôt un van 7 places plus le chauffeur.

En théorie une heure et demi séparent Kuta d’Ubud, en pratique aujourd’hui c’est plutôt deux heures.

Je ne suis pas mécontent d’être enfin à Ubud, la ville des peintres mais également celles des artistes et artisans en tous genres.

J’avais envie d’un peu plus d’authenticité et Kuta n’affiche guère cette qualité… du moins à mes yeux.

Le mini-bus nous laisse, car il était plein de touristes comme moi, à l’entrée de la ville et de là je dois me battre avec le GPS de mon téléphone (via Maps.me) et à force d’insister , de demander aux balinais qui ont toujours le sourire et surtout de marcher, j’arrive enfin à mon hôtel (vers 13h), qui est fait une demeure dans laquelle une dépendance a été construite, dans le jardin offrant de magnifiques chambres.

 

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 

Je ne regrette pas d’avoir eu à marcher (certes avec mes gros sac à dos) et d’avoir à nouveau à marcher chaque jour pour me rendre dans le centre de la ville, car la chambre est superbe, l’accueil merveilleux et le prix à tomber du Sakha House Hôtel  : environ 12 € la nuit , avec le petit déjeuner servi sur le balcon de ma chambre.

Le reste de la journée je le passe à revenir au centre ville, puis à la découvrir, il n’y a pas photo, mise à part celles nombreuses que je prends tant elle m’inspire, il fallait quitter Kuta !!!

Au détour d’une rue près d’une boutique-agence de tourisme, j’entends parler français , une famille écoute les conseils d’un jeune homme qui raconte ce qu’il a fait ces derniers et qu’il intéressant de faire. Je m’approche intéressé, lui aussi voyage seul.

C’est l’occasion de lui offrir une bière et de passer la soirée ensemble en dînant.

Le courant passe bien.

Lui c’est Guillaume, suisse mais pas petit et c’est son premier voyage solo et son état d’esprit est déjà le même que le mien .

C’est un vrai plaisir, semble-t-il partagé, que cette rencontre. Il se lève tôt demain matin, 2h du mat pour gravir le mont Batur. Je risque de le copier dans un jour à venir.

Après le dîner nous nous quittons, heureux d’avoir pu échanger ensemble sur le voyage.

samedi 15 juillet 

Deuxième jour à Ubud. Je profite de ce cocon d’hôtel pour peaufiner la suite de mon périple. J’ai décidé de rester un jour de plus et de louer demain un deux roues pour rendre sur les sites conseillés par Guillaume.

Lui s’y était rendu avec un chauffeur. Ces sites n’étant pas très loin d’Ubud , je me sentirais plus de souplesse et d’autonomie en deux roues solo, qu’en quatre à plusieurs. Mon planning bien avancé pour les deux , trois jours à venir, j’arpente à nouveau la ville.

A midi je déjeune dans un restaurant plus chic un Gado Gado   ( 25 000 roupies soit 1,64 €)

Au bout de celle-ci il y a la forêt des singes (Monkey Forest), l’entrée est de 50 000 roupies soit environ 3,28 €.

Ce que je pensai de prime abord comme un peu un centre d’attraction est en fait bien plus que ça et les animaux, les singes en l’occurrence, sont chez eux et nous font l’honneur de venir les visiter, sans les brusquer.

J’avais peur du côté cirque, qui m’insupporte au possible et ce n’est pas du tout le cas.

Il s’agit, comme la brochure l’indique avec les recommandations qui vont avec, d’un sanctuaire conservatoire selon l’esprit du Tri Hita Karana auquel j’adhère totalement (hormis Dieu). C’est un endroit superbe d’arbres gigantesques et même d’une petite rivière.

Dans cet havre de paix je passe plus de heures avec mes cousins les macaques et mes congénères touristes dont certains semblent les confondre des animaux domestiques.

A vouloir prendre la main des plus jeunes la nature, orchestrée par les plus anciens, les rappelle vite à l’ordre .

Le soir je dîne dans un petit restaurant pas trop cher, un Gado Gado  (17 500 roupies soit  1,15 € ) avec une bière Bintang de 600 ml  (30 000 roupies soit 1,97 €) , s’ajoute à ça un glace acheté dans une petite épicerie (12 500 roupies soit 0,82 €).

Soit un repas à 60 000 roupies soit 3,94 €.

D’autre(s) chiffre(s) :

Le trajet de Kuta à Ubud en mini-bus  : 70 000 roupies soit 4,59 €

 

Bali, le film…le teaser n°2

 

Bali, le film…le teaser n°3

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code