•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mont Batur
 

lundi 17 juillet

1h30 du matin, le réveil me pique un peu les yeux et les oreilles.

J’ai décidé la veille, d’assister au lever du soleil depuis le mont Batur  ou du moins depuis son point le plus haut .

C’est depuis Ubud dans mon confortable homestay qu’un mini-bus de 5 personnes rempli plus le chauffeur, vient me chercher à 2h .

Un couple d’Australien, un autre couple de Malte avec qui j’aurais un peu plus d’affinité et moi même forment ce groupe.

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 
Au programme, une première pause café petit déjeuner avant d’arriver un heure plus tard au pied de la randonnée.

 

La mafia des guides 🙂

Notre chauffeur nous laisse entre les mains d’un guide dont personnellement je me serais bien passé, mais c’est ainsi la mafia des guides l’impose.

parking pour accéder au mont Batur

Équipés d’une lampe torche, un peu plus de deux heures de marche assez soutenue dans la nuit noire (notre groupe a un bon rythme et je me dois de suivre la cadence) nous seront nécessaires pour atteindre le sommet et profiter du lever du soleil sur les monts avoisinants .

Un regard en arrière dans la montée permet de constater que nous ne sommes pas seuls, c’est l’autoroute un jour de départ de grande vacances pour ainsi dire.

Un fois le sommet atteint à 1717 m (oui je sais , c’est pas l’exploit du siècle) il nous faut encore attendre une bonne heure avant que ne daigne sortir des nuages l’astre solaire tant attendu.

Le ciel couvert gâche un peu ce plaisir mais très vite ces vilains nuages sont balayés pour faire place à un agréable panorama.

Certes je suis content de l’avoir fait et je suis conscient que c’est très loin d’être un exploit, mais pour autant je ne suis guère en extase devant ce (moyen) spectacle de la nature.

La moindre petite randonnée dans mes Pyrénées voisines est beaucoup plus belle 🙁

D’autant qu’on se retrouve à plus de 500 personnes au sommet et c’est une horreur lors de la descente, certains guides qui fument (fort agréable en montagne) rajoutent du pathétique au tableau.

Pathétique randonée 🙁

on se sent guère seul au mont Batur 🙁


Heureusement les paysages que nous traversons et les gens que nous croisons dans le descente sont assez agréables.

De retour sur le parking des guides, nous retrouvons notre chauffeur qui nous ramènent dans nos hôtels respectifs sur le coup des 10h du matin.

Du coup c’est comme si j’avais deux journées en une, j’en profite pour faire quelques emplettes dans Ubud 

Au hasard de mes déambulations je tombe sur un palais royal , celui d’un roi de pacotille du comté. Le lieu est désert de touriste et j’en profite pour le visiter sereinement.

Mais la fatigue me rattrape vite et j’opte pour le repli  de la stratégie du dodo dans mon hôtel.

En conclusion, le mont Batur  c’est une randonnée sympathique mais sans plus.

Demain je quitte Ubud et ma belle chambre pour me rendre quelques kilomètres plus loin à peine, à Keliki  où je logerais chez l’habitant dans un village d’artistes peintres, mais ça c’est déjà demain. 

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code