•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En moto…toujours à Chiang Mai

 

25 décembre 2016

Aujourd’hui c’est Noël !

Après notre journée d’hier passée auprès des éléphants, nous avons envie de quitter, à nouveau, la ville.
Le trajet effectué, la veille, à bord de la camionnette pour rejoindre le sanctuaire, nous a fait entrevoir de jolis lacets et un paysage verdoyant.

Alors, pourquoi ne pas enfourcher une moto afin de les emprunter ?!

Doi Suthep

Doi Suthep, temple blanc perché sur les hauteurs des environs de Chiang Mai, semble être, selon l’ hôtesse de l’agence de location de deux roues, une destination parfaite pour une balade à la journée.
C’est sur une Honda CRF 250 cc, une petite moto, que nous rallions les 30 Kms qui nous en séparent.

Nos débuts sont pour le moins laborieux. La ville, que nous connaissons pourtant bien en tant que piétons, nous apparaît, alors, comme étant un véritable labyrinthe.

En effet, il s’en est fallu de peu pour que nous ramenions la moto à notre loueuse, non sans s’être agacés. Il ne nous faudra pas moins de 1h30 pour réussir à nous orienter… Ces quelques déboires ont bien failli avoir raison de notre motivation…

Finalement, alors qu’un long cheminement psychologique nous permet d’accepter l’échec, nous voyons enfin, tel le bout d’un tunnel, un panneau de direction qui semble nous dire “Hey! Tenez bon les amis!”.

Nous retrouvons le sourire en même temps que le bon itinéraire. C’est heureux ; la route qui mène à Doi Suthep est délicieusement dessinée et nous permet d’atteindre le sommet de la montagne où il se loge.

Les conditions météo très favorables et la courtoisie de nos amis thaï (aussi zen au volant, au guidon, qu’ils le sont au quotidien) rendent cette expédition douce et nous font oublier la matinée. On adore. Conduire ici se révèle être une très belle expérience.

Nous arrivons assez rapidement, trop rapidement à vrai dire, à Doi Suthep. Nous laissons notre moto au parking des deux roues, sans l’attacher, ainsi que nos casques également sur le guidon.


Petite balade en moto

Apparemment c’est l’usage. Les thaïlandais semblent méconnaître la notion d’insécurité et cet aspect du pays nous plaît beaucoup.

L’entrée du palais est fixée à 30 Bath par personne soit presque 80 centimes d’euro. Passé la caisse, c’est un ascenseur qui nous permet d’accéder au palais, en haut d’un promontoire, qui domine les alentours et au loin… Chiang Mai.

Il fallait s’y attendre, en ce dimanche, nombre de familles se pressent pour visiter ce lieu. La foule est dense mais ne rend pas la visite désagréable ni superflue.


Doi Suthep

Retour sur Chiang Mai

Notre visite terminée , nous redescendons pour retrouver notre véhicule, non par l’ascenseur mais par des marches.

Avant d’enfourcher à nouveau notre cheval de fer, nous profitons des différents commerces pour nous restaurer. Il est temps, ensuite, de reprendre la route pour rendre la moto à notre loueuse car demain nous partons pour  Sukhothai.

Forts de notre expérience, nous arrivons à temps, avant la fermeture du garage de location des deux roues, pour restituer notre bel engin.

 

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 

Youpi !

De retour à l’hôtel, surprise! Nous nous apercevons que nous restons un jour de plus à Chiang Mai (nous nous étions trompés dans notre planning) et c’est tant mieux tant nous nous sentons bien ici.

C’est dans l’immense marché de nuit que nous décidons de passer notre soirée. Street food et Pad Thaï, attablés en extérieur, nous dînons avec Tut une thaïlandaise avec qui nous faisons connaissance. Demain est un autre jour et, heureux d’être encore à Chiang Mai , l’aventure continue.

Thierry

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code