•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Created by potrace 1.16, written by Peter Selinger 2001-2019

retour à Dubrovnik...en bateau

vendredi 25 septembre 2020 

Pour changer un peu du bus, j’ai opté, pour mon retour à Dubrovnik, pour le bateau.
Un peu moins de 4 heures de traversée, j’entends déjà le générique de Love Boat 🙂 

Le jour ne s’est pas encore levé et je quitte déjà mon appartement de Supetar. Départ en bus à 6h10 pour Milna, une autre petite ville de cette île de Brač.

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c’est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales (accessibles en cliquant ici)..

De là, je dois embarquer à bord d’un bateau, destination Dubrovnik.
Un détail important pour la suite de ce récit, ce bateau est un catamaran.

Catamaran de la compagnie Krilo - l'autre ailleurs en Croatie, une autre idée du voyage
Catamaran de la compagnie Krilo

40 minutes plus tard, le bus me dépose à l’entrée de la petite ville de Milna.

Ce petit port semble endormi.
Je ne croise personne qui puisse me renseigner sur le lieu exact de l’embarcadère.
Encore une fois, merci Maps.me de me l’indiquer. Il me faut pratiquement contourner tout l’estuaire pour gagner cet embarcadère.

Milna et son port

L'estuaire de Milna - l'autre ailleurs en Croatie, une autre idée du voyage
L'estuaire de Milna

Pas de soucis, car même s’il tombe quelques gouttes ce n’est pas la mort.
Et surtout j’ai le temps.Le temps d’attendre.

Et j’attends…et j’attends.

L’heure du départ approchant, ne voyant pas de catamaran à l’horizon je commence à douter. Tout près de moi un taxi, son chauffeur et ses clients semblent aussi attendre le bateau. Effectivement le couple de clients, deux allemands, attendent le même bateau, c’est rassurant, je suis au bon endroit.

Ce qui l’est nettement moins, c’est que le chauffeur du taxi après avoir raccroché de son appel téléphonique me dit qu’il vient d’avoir la capitainerie de Split, d’où le bateau est censé partir. La mer est trop mauvaise pour qu’un tel bateau, un catamaran, puisse la prendre. 

Et là....c'est le drame - l'autre ailleurs, une autre idée du voyage

Paf le chien, et patatra, rien ne va plus. Je dois revenir à Supetar, prendre un bateau pour Split et espérer avoir un bus pour Dubrovnik. Un coup d’œil rapide sur mon téléphone.

Oups !!!

Au mieux j’arrive dans la nuit 🙁 
A la vue de ma mine défaite, le chauffeur de taxi me propose de me conduire comme ses clients à Supetar pour prendre un bateau pour Split, moyennant quelques kuna. Tout en conduisant, il passe un coup de fil, apparemment pour demander au bateau d’attendre notre arrivée pour lever l’ancre. Je crois le comprendre. Lui demandant si j’aurais le temps de passer acheter un ticket pour le bateau, il me réponds que non. Mais pas de soucis, il s’est arrangé pour qu’arrivant en trombe nous montions dans le bateau sans avoir à passer par la case guichet.

Rock’n roll

Tout se passe très vite et très bien.
Durant la traversée, j’ai du réseau et en profite pour acheter en ligne un ticket de bus qui part 30 minutes après l’arrivée du bateau.

Et même si le temps est à la pluie, dans tous les sens du terme, je passe au travers des gouttes.

Tout s’accorde à merveille et j’ai même le temps de m’acheter un casse-croûte.

Dubrovnik à nouveau

J’arrive à l’heure prévue à Dubrovnik.

J’ai choisi mon hôtel tout près du terminal des bus car, c’est de là que je prendrais la navette pour l’aéroport pour mon vol retour. 

Ok, l’hôtel, ma chambre n’ont rien de transcendant.
D’autant que pour y accéder j’ai droit à nouveau à une série de marches à grimper 🙂
La chambre dégage une odeur qui va du moisi à celle du tabac froid.La cuisine commune n’est pas des plus reluisantes. Peu m’importe, c’est la fin du voyage et je m’en contenterai.

Je passe le reste de l’après midi dans la vieille ville.

samedi 26 septembre 2020 

Ce matin au réveil, le temps n’est guère moins gris que celui de la veille 🙁 
Je m’habille en conséquence de peur que le ciel ne me tombe sur la tête.

Que le ciel me tombe sur la tête, c’est ma part de gaulois 🙂

Au programme, grimper jusqu’au sommet du mont Srd pour profiter d’un joli point de vue sur la vieille ville de Dubrovnik. Pour accéder au sommet, deux possibilités. Soit prendre un téléphérique, soit une bonne heure de marche sur un chemin assez pentu.
J’ai opté pour ce deuxième choix.

Le début du parcours se fait sous un ciel de plus en plus gris et menaçant. J’ai bien fait de prendre ma parka. Je n’ai pas le temps d’arriver au sommet qu’une belle pluie m’oblige à m’abriter sous un des rares et petits arbres bordant le chemin.

Je finis mon ascension sous l’eau pour enfin trouver un abri de fortune et attendre la fin de l’orage.

Pour me remettre de ces émotions climatiques, quelque peu humides, je redescends déjeuner dans le restaurant Barba que j’avais tant aimé au début de mon périple.

Entre éclaircies et pluies, je termine cette dernière journée de mon périple dans la vieille ville avant de regagner ma chambre.

Les restaurants autour ne me faisant guère envie, je prends mon dernier repas dans la cuisine commune de l’hôtel.

Demain est un nouveau jour, celui du retour au bercail.La fin de cette aventure.

Mais ça c’est déjà demain 🙂

Épilogue :

A l’heure où je retranscris la fin de cette aventure croate, la fin de ce voyage, la France et surement une bonne partie de l’Europe se replonge dans un confinement pour éviter que ne se propage ce virus.

On parle de deuxième vague de cette crise sanitaire qui semble ne jamais finir.Les hôpitaux commencent à être saturés et l’espoir qui était né cet été à être à nouveau libre après un premier confinement, s’amenuise doucement.

C’est donc confiné, que j’écris cet article.
Je réalise la chance que j’ai pu avoir durant ces dix dernières années de pouvoir voyager au delà des continents et de ces rencontres qui m’ont tant apporté.

Ce temps là est hélas bien révolu….du moins pour pas mal de mois encore.

Pour autant je ne sombrerais pas dans la sinistrose face à l’impossibilité de revivre de tels voyages, de telles émotions.

Il est donc temps de me réinventer, de nous réinventer à tous.

L’autre ailleurs n’est donc pas encore mort !!!!!

Une autre forme de voyage est possible et je ne tarderais pas à vous en faire part très bientôt. Un projet en préparation, je ne vous en dis pas plus pour l’instant.

En attendant, soyez prudents car la vie vaut bien plus que le risque de s’approcher de ce virus.

Les photos de cette dernière étape

Quelques chiffres :

 

Bateau depuis Milna vers Dubrovnik :

KAPETAN LUKA – KRILO

Traversée en catamaran depuis Milna sur l’île de Brač vers Dubrovnik.

Départ à Milan le 25/09/2020 à 8h10, arrivée à Dubrovnik le 25/09/2020 à 12h05 

230 kn soit 30,40 €
Traversée annulée due à la météo 🙁 

Pour info, la somme m’a été entièrement remboursée à mon retour en France !!!

Trajet Bus de Split à Dubrovnik  :

FlixBus, acheté sur le bateau 🙂 
Départ de Split à 10h30, arrivée à Dubrovnik à 14h30
10,99 €

Pour dormir  :

Pupo Rooms

Une grande chambre spacieuse propre mais qui sentait mauvais, entre le moisi et l’odeur du tabac froid, mal insonorisée on entend les bruits de la ville. La cuisine commune n’est pas d’une propreté exemplaire.
Convient pour une à deux nuits.
Très proche de la gare routière.
Assez chère pour ce que c’est 🙁
29 € la nuit

Pour manger  :

Spagheterria Toni

Pour y déguster de bonnes pâtes
17,50 € pour un plat de pâtes et 50 cl de bière.

Barba

Fast food de la mer
12,90 € pour un plat de calamars frits et une bouteille d’eau 

Dubrovnik, c'est par où ?

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code