•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 avril 2017

Sousse est en théorie à 2h de train de la capitale tunisienne mais ça, c’est la théorie.

Le départ de notre train est prévu à 9h30 du matin. Finalement, ce dernier ne sera mis à quai qu’à 10h…
Ne soyons pas médisants, ce n’est qu’un petit retard qui n’entache en rien notre bonne humeur et notre soif de découvrir une nouvelle étape dans notre voyage.

Nous avons choisi de voyager en seconde classe car la différence tarifaire entre la première et la seconde est dérisoire. Une fois à bord, nous réalisons que nous effectuerons ce trajet dans des conditions pour le moins “spartiates” et ce compartiment n’a de première classe que le nom.

Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse,
dans le train de Tunis à Sousse

Nous profitons de ce temps de trajet pour recharger nos batteries avant d’arriver à destination.

C’est sans encombre et quelques secondes avant midi, que nous voilà rendus à Sousse .
L’avantage du train sur bon nombre d’autres moyens de transport réside dans la localisation de la gare par rapport au centre ville, et de fait nous n’avons qu’une quinzaine de minutes à marcher pour trouver notre hôtel.

Le pire déjeuner de nos vies de routard.
le pire sandwich !!!!!

Une fois installés dans notre chambre avec balcon donnant sur la plage, encore déserte en cette quelque peu fraîche saison, nous nous mettons en quête d’un déjeuner sur le pouce.

Notre choix se porte sur une sorte de fast food à l’hygiène plus que douteuse, de loin le pire des en-cas qu’on ait eu à ingurgiter au cours de nos pérégrinations à travers le monde.

Sousse ressemble à une ville balnéaire française assez quelconque, au front de mer semé de grands immeubles et hôtels qui font face à l’immensité de la grande bleue. Une petite escale par l’office du tourisme nous laisse entrevoir les limites du pays en matière de sa promotion, le guide du routard nous parait de loin bien plus précieux.

Le centre historique et son Ribat
depuis le Ribat dans la médina de Sousse

En opposition à ce côté moderne, la ville offre un centre historique, la médina, fortifié plutôt agréable à voir, et à y déambuler.

Nous en profitons d’ailleurs pour prendre un peu de hauteur en visitant le fameux Ribat de Sousse, une forteresse dont le descriptif est contenu dans le lien (il suffit de cliquer sur le mot Ribat pour en savoir un peu plus à son sujet).

Notre visite terminée , nous nous rendons vite à l’évidence que Sousse ne présente, à nos yeux, qu’un intérêt limité.
Cependant nous pouvons, grâce aux nombreux bus disponibles, rayonner sur d’autres villes assez proches, ce que nous ferons les jours suivants.

Le soir, nous goûtons à un couscous végétarien d’un très bon rapport qualité/prix, accompagné d’ une bonne (disons plutôt, pas si mauvaise) bière tunisienne dans le restaurant le Cristal.

Quelques références de prix :

  • Ticket de trains Tunis -> Sousse en première classe : 10,800 Dt soit 4,10 € par personne
  • Chambre pour deux, avec deux lits rapprochés pour en faire un grand avec salle de bain, toilette et petit déjeuner, le wifi utilisable seulement dans la salle du petit déjeuner à l’hôtel Zohra (on vous déconseille cet hôtel) tout proche de la plage et pas très loin du centre ville : 18 € par Booking (quand on ne peut pas faire autrement)
  • Visite du Ribat : entrée : 7 Dt soit 2,65 € par personne et 1 Dt soit 0,38 € pour deux de droit à prendre des photos 
  • Couscous végétarien au restaurant le Cristal : 8 Dt soit 3 € par personne et 3,30 Dt soit 1,20 € la bière.

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code