4 janvier 2018
Une nouvelle année depuis Siem Reap

publié par :
Thierry LLOPIS
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle année depuis Siem Reap

Une nouvelle année depuis
Siem Reap
 

 

Parce que je me sens bien dans cette ville et que je souhaite user de cette charnière entre 2017 et 2018, je suis resté à Siem Reap avant d’aborder une nouvelle étape de mon périple.

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 

Le soir venu du 31 décembre je cherche un endroit un peu calme dans la multitude des bars qui accueillent, surtout des touristes.

Les jeunes locaux quant à eux, certainement pour des raisons financières préfèrent se déhancher au rythmes des sonos improvisées, ça et là, dans les rues.

Je comptais boire quelques bières en écoutant de la musique dans un bar à l’écart de la horde de mes congénères touristes, mais cette quête sera vaine.

Le compte à rebours est lancé

Je me contenterais d’attendre le compte à rebours achevant 2017 pour rentrer à mon hôtel.

Je me rattraperais le lendemain soir avec un énorme marché de nuit de type fête foraine avec , au milieu un scène où semble se dérouler un concours de chant, et surtout où je pourrais manger un calamar au barbecue (mais pas sur la scène) pour une somme dérisoire, entouré , cette fois-ci uniquement par des locaux.

Juste avant de trouver par hasard cette fête foraine, je fais la rencontre d’Antoine, informaticien vivant en Malaisie et venu passer le cap vers 2018, à Siem Reap.

Hélas, nous n’avons le temps que de prendre un verre ensemble car il doit prendre son avion pour revenir chez lui en Malaisie.

Courte mais belle rencontre.

Scoot toujours

Pour finir ma dernière journée à Siem Reap, je loue un scooter électrique dans la boutique d’un français, Yann, installé au Cambodge depuis quelques années, et dont il est le patron.

J’ai beaucoup aimé discuté avec lui et le côté “écolo” qu’il a souhaité apporter avec ce moyen de transport, certes qui n’est pas un bolide mais silencieux et propre. Ce qui contraste avec le reste des moyens de transports de la ville et du Cambodge.

Ses conseils pour visiter quelques temples (il me restait un jour sur mon pass Angkor) et le marché de Phsar Leu, démontrent bien que ce n’est pas seulement qu’un business.


mon bolide électrique à Siam Reap - L'autre ailleurs au Cambodge
 
mon bolide électrique à Siam Reap

 

Le soir je dîne pour la dernière fois, chez mon cuisinier préféré MA NET de street food qui, avec sa compagne produisent une cuisine digne d’un grand restaurant, le tout, et c’est assez remarquable avec uniquement sa petite carriole .

Demain, le cœur gros, c’est par un bus de nuit que je quitterais Siem Reap pour une nouvelle ville étape.

Je descends vers le sud et la mer, mais ça, c’est déjà demain.

Un petit jeu ?
Pour gagner un cadeau souvenir, poste vite te réponse en commentaire à la question suivante :
Comment se nomme la société de Yann le loueur de scooters électriques ?
 

Quelques chiffres :

 
Location Scooter électrique Green e-bike :

10$ pour 24h
autonomie 40 Km 
charge complète 6 à 8 heures (la nuit, quoi)
vitesse limitée par le loueur : 20 Km/h
vitesse maximum : 30 Km/h

Cela peut être une alternative sérieuse au tuk-tuk, mais attention à bien tenir compte de l’autonomie et de la vitesse de 20 Km/h pour organiser sa visite des temples d’Angkor !

 

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code