•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

lundi 17 décembre 2018

Quittant l’Equateur 

Dans le bus qui m’amène vers la Colombie depuis Otavalo, je repense un dernière fois à ces quelques jours en compagnie de Blanca, Eva, Galo et tous les autres.

Je savoure encore ces instants de vie partagée de leur quotidien, qu’ils ont su m’offrir de si belle manière.

4h00 après avoir laissé derrière moi cet épisode équatorien, me voilà à Tulcan, terminus.

Terminus et dernière ville du pays avant de tenter le passage redouté de la frontière terrestre.

Redouté pour le temps à devoir y passer.

bienvenue à Tulcan - l'autre ailleurs en Colombie, une autre idée du voyage

bienvenue à Tulcan

Tulcan 

Je décide de déjeuner à Tulcan.

Il est bientôt midi et il risque de me falloir attendre quelques heures devant les énormes files de personnes, dont bon nombre, migrants d’un pays à l’autre, aux divers postes de cette frontière.

Le premier pour sortir d’Équateur et le second pour rentrer en Colombie.

déjeuner à Tulcan - l'autre ailleurs en Colombie, une autre idée du voyage

déjeuner à Tulcan

En route pour la frontière

traversant la frontière - l'autre ailleurs en Colombie, une autre idée du voyage

la fameuse frontière

Mon déjeuner avalé je prends, pour quelques dollars, un taxi vers cette fameuse frontière.

En effet, dans la première file pour les formalités de sortie de l’Équateur, un nombre impressionnant de personnes (hommes, femmes et enfants et bébés) .

Je vais devoir prendre mon mal en patience.

Mais à peine suis je dans cette file d’attente qu’une dame devant moi, devinant que je suis plus un touriste qu’un migrant, m’informe que pour les européens il y a un autre passage, un autre guichet.

Elle me propose de me garder la place si ce guichet n’est pas disponible. Je me renseigne auprès de policiers et effectivement j’ai droit à un guichet où seule une personne est devant moi.

La formalité de sortie s’effectue en tout et pour tout depuis mon arrivée au poste frontière en 10 minutes !!!!

Whaou, première bonne nouvelle, je m’attendais à y passer au moins 2 heures !!!!

Désormais il me faut entrer en Colombie et là, la file est deux fois plus grande que la précédente.

Des tentes de la croix rouges sont même installées pour faire face aux soins à prodiguer à ceux qui ont tout quitté et ont fuit leur pays. 

Ça jette un froid. Je me sens privilégié de passer cette frontière pour mon plaisir de touriste.

Là aussi alors que je m’apprête à nouveau à faire preuve de patience, on m’invite à prendre la file des “autres” et en 20 minutes j’ai le tampon sur mon passeport pour rentrer à nouveau en Colombie.

Au total, je passe seulement 15 + 20 = 35 minutes à attendre pour passer d’Équateur en Colombie, alors que j’avais lu qu’il fallait y consacrer beaucoup plus de temps.

Un collectivo pour Ipiales

Je prends alors un collectivo, une sorte de mini-bus, qui, pour 2 000 Pesos soit environ 0,50 €, me dépose pas très loin de mon hôtel à Ipiales.

Ipiales est la première grande ville près de la frontière avec sa voisine Tulcan, du milieu du monde.

Je décide d’y passer deux nuits.

D’abord pensant que je perdrais beaucoup plus de temps en formalités aux frontières et ensuite pour visiter le fameux sanctuaire de Las Lajas.

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c’est ici :

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

Une ville assez moche 🙁

Comme j’avais pu déjà le lire sur Internet, en cherchant des infos sur la traversée de cette frontière, Ipiales est une ville assez moche et sans grand intérêt, si ce n’est ce sanctuaire à quelques kilomètres.

Le soir, ne trouvant pas de lieu sympathique pour me restaurer, je dîne dans un genre de restaurant italien qui se veut chic dont la carte ne m’enchante guère. Je me contente de spaghettis trois fois trop cuits aux légumes pas trois fois moins cuits et d’une bière assez fraîche, pour 29 000 Pesos soit environ 7,80 €. Pour le pays, c’est beaucoup.

La ville est insignifiante, il y fait froid, l’altitude avoisine les 3 000 mètres, heureusement la chambre ainsi que mon hôtel sont confortables.

le centre ville d'Ipiales - l'autre ailleurs en Colombie, une autre idée du voyage

le centre ville d’Ipiales

Un hôtel agréable

Après une nuit agréable, je me lève vers les 8h00.

Pas trop tôt, j’ai envie de prendre le temps.

Autant la chambre est confortable et le personnel charmant, autant le petit déjeuner est très sommaire.

Un nouveau collectivo

Je prends ensuite un taxi collectivo (un taxi mais on y monte à plusieurs), pour la modique somme de 2 500 Pesos soit environ 0,70€ pour me rendre au sanctuaire de Las Lajas à environ 8 kilomètres d’ Ipiales.

Le site est impressionnant, voyez les photos.

le sanctuaire de Las Lajas près de Ipiales - l'autre ailleurs, une autre idée du voyage

le sanctuaire de Las Lajas près de Ipiales

Le Sanctuaire de Las Lajas est un lieu de culte et un pèlerinage situé dans le canyon formé par le Río Guáitara, à 7 km de la ville d’Ipiales, dans le département de Nariño, au sud de la Colombie à la frontière équatorienne. C’est, depuis le xviiie siècle, un des centres de pèlerinage les plus importants d’Amérique du Sud.

L’église néogothique est construite à cheval sur des gorges, à l’endroit même où une petite fille muette aurait retrouvé par miracle la parole. Construite entre janvier 1916 et août 1949, elle a remplacé une église qui datait du xixe siècle et devient basilique en 1954. Le chemin qui accède à cet endroit est couvert de milliers d’ex-voto pour motifs divers.

source : wikipedia

Une sorte de Lourdes où d’innombrables plaques posées à même les rochers qui entourent le site, témoignent de de la dévotion vouée à la sainte vierge de Las Lajas et peut-être aux miracles qui lui seraient attribués.

Je reste quelques heures sur le site.

Non pas pour prier, mais pour prendre moult photos de l’édifice sous presque toutes ses coutures.

Ma visite terminée, toujours au moyen d’un taxi collectivo, et toujours au même prix, je regagne Ipiales.

Un dernier dîner 

Pour dîner j’essaie un restaurant chinois juste en face de mon hôtel. C’est assez moyen en qualité, quant à la quantité apparemment on ne lésine pas en Colombie.

Je passe une dernière nuit à Ipiales.

Demain un long trajet de dix heures en bus m’attend pour une nouvelle étape de ce périple.

Mais ça c’est déjà demain.

Quelques chiffres :

Bus depuis Otavalo pour Tulcan :

3,5 Dollars 

Taxi depuis Tulcan vers la frontière :

3 Dollars 

Mon hôtel :

Hotel Los Andes
Très bien situé, très confortable, chambre solo avec douche, toilettes, wifi et petit déjeuner (assez sommaire)

90 000 Pesos soit 25 € environ pour 2 nuits

Collectivos :

De la frontière à Ipiales :

2 000 Pesos soit 0,55 € environ

De Ipiales à Las Lajas :

2 500 Pesos soit 0,70 € environ

Toutes les photos :

Par ici :

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code