•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Phnom Penh

 

première étape du périple cambodgien
 

Phnom Penh, après un long voyage

La notion de partir au bout du monde implique certes un notion de distance, mais la téléportation n’étant pas à ce jour découverte ou alors on me l’a pas encore dit, une autre notion en découle, celle du temps lié à cette distance.

Cet ailleurs s’inscrit dans cet ordre d’idée temps et distance.

C’est par un train du matin que, depuis Toulouse,  je gagne la capitale et Roissy son aéroport.
Arrivé dans l’aérogare aux alentours de 14h, je me dois d’attendre presque minuit pour embarquer, c’est là la première étape de la patience.

Mais le mieux en la matière est à venir.

 

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 

Roissy, Charles de Gaule 

Départ de mon premier avion à 23h40 pour Canton. Il est à l’heure et c’est tant mieux.

Après 12h de vol me voilà à Canton, c’est en Chine, à 18h40 (n’oubliez pas d’enlever les heures du décalage horaire, avant de penser que je ne sais pas compter 🙂 )

Je dois attendre 21h30 pour prendre mon second avion pour Phnom Penh la capitale du Cambodge et ma destination finale. Un vol de 3h qui me fera donc arrivée à 23h30 (et encore une heure en moins).

Visa on arrival

Le Cambodge nécessite pour y pénétrer et le visiter, un visa ou du racket en étant honnête. Mais je comprends aisément qu’un état préfère employer le mot visa, c’est plus sympa, plus branché tout en vous soutirant 30$. Bienvenue chez nous.

Dans l’avion de Canton à Phnom Penh , prononcez pnaume peine, on m’a distribué un petit formulaire à remplir assez simple avec nom, prénom, adresse, combien de dents (à moins qu’il ne s’agisse de sexe, je confonds toujours).

Prononcez pnome pène

Arrivé à Phnom Penh, prononcez pnomme pène, je dois me procurer un autre formulaire que bon nombre de touristes a en sa possession et pas moi c’est ballot. Je cherche, je demande et finalement j’en obtiens auprès d’un monsieur en costume mi-policier , mi-douanier et mi-molette (oui je sais normalement il ne devrait y avoir que deux “mi” mais j’ai pensé que le troisième pouvait apporter une note guillerette à ce palpitant récit).

Un formulaire quasi identique au premier dans ces champs à remplir : nom, prénom, adresse, … sauf qu’il n’a pas le même format et ça, ça change tout. Je suis content j’ai mes deux formulaires remplis, une belle photo d’identité, mon passeport, 30$, j’ai compté mes dents.

Un premier guichet

Je fais un première fois la queue à un premier guichet, heureusement il n’y a pas beaucoup de monde. Arrivé devant le guichet un monsieur avec un costume mi-douanier, mi-policier, mi-stérieux (je sais que ceux qui aiment l’humour, de ce jeu de mot, se délecteront) me donne un autre formulaire à remplir et à revenir le voir une fois rempli, youpi !!!

De ce comptoir, je m’éloigne afin de laisser les autres demandeurs, pour remplir ce troisième formulaire quasiment identique aux deux autres.

Ça commence à devenir sympa 😉

A mon retour au guichet, je suis un peu déçu qu’il n’y ait pas un autre formulaire à remplir, je commençais à trouver ça rigolo. Je laisse mon passeport, ma photo d’identité, un formulaire parmi les trois et je me dois de faire la queue au guichet d’à côté pour payer mon racket visa et donner les formulaires que j’ai encore en main, vous suivez ?

Youpi

Ouf j’ai mon racket visa, je vais pouvoir enfin passer du temps dans les contrôle de routine du passeport avec prise de photo de ma trombine par webcam.

Visa pour le Cambodge, le précieux sésame

L’avantage avec toutes ces tracasseries administratives, c’est que je n’ai guère à attendre mon gros à dos sur le tapis roulant. Un taxi plus loin, à la sortie de l’aérogare cependant, me voilà mardi à 1h30 du matin dans ma chambre d’hôtel, claqué, une douche et zou au lit.

Grasse matinée

Ce matin, pas de réveil, je n’ai pas la force de me forcer (petite dédicace au poète disparu qui nous chantait l’envie d’avoir envie) à m’extirper d’un sommeil réparateur. Je me lève à 11h, pas de petit déj, soyons fou, me dis-je dans ma grande schizophrénie où je suis deux, allons directement déjeuner.

Mais comme mon appétit me restreint dans cette folie, c’est dans le restaurant de l’hôtel que je me sustente.

Miam

Champignons aux fruits de mer et jus de papaye (ramassée à la fou-fourche) pour un peu moins de 5$.

L’après-midi, un peu jet-lagué, ça veut dire un peu naze à cause du décalage horaire du vol mais je trouve que ce terme donne du tonus à la phrase alors que moi j’en manque (d’ordinaire je n’aime gère les anglicismes, je trouve que ça fait un peu destroy 🙂 ),  je la passe à marcher dans la ville.

Marché central et Wat Phnom

Chemin faisant, je découvre un énorme marché couvert, le marché central, (dont la France a financé sa restauration terminée en mai 2011) de poissons, de textiles, de bijoux, …

Au hasard, je tombe ensuite sur le Wat Phnom, pagode ou temple bouddhiste dans un joli parc, 1$ l’entrée,  uniquement pour les touristes 🙂

Marché dans le marché

En m’éloignant, non loin de ce site,  j’aperçois un autre marché extérieur avec des stands de street-foods (nourriture de rue), l’endroit dont je suis friand pour me délecter d’un bon dîner, au menu, nouilles frites et beignets de crevettes et de légumes pour un peu moins de 4$, je rajoute une bière du mini-market à 1$ et une crêpe cambodgienne à 1000 Riels (0,20 €).

Il est presque 20h00, heure locale, je rentre ensuite à l’hôtel pour essayer de me coucher tôt, j’ai environ une petite heure de marche pour m’aider à digérer.

Et demain sera un autre jour cambodgien.

 

 

Quelques chiffres :

 
Taxi depuis l’aéroport :

15$, j’ai pas eu la force de négocier, c’est peut-être un peu cher.

Mon hôtel :

Capitol One Guest House
Très bien situé me semble-t-il
12€
la nuit (petit déjeuner en plus, à 3,5$ ) 

Chambre avec douche et wc , wifi clim, frigo et propre.

Déjeuner de midi :

Capitol One Guest House
Champignons au fruits de mer + jus de papaye frais + thé offert 
un peu moins de 5$

Wat Phnom :

1$ l’entrée

Dîner en street food :

Nouilles sautées + 3 brochettes de crevettes + 2 brochettes de légumes
un peu moins de 4$
1 bière Angkor : 1$
1 crêpe : 1000 Riels (0,20 €)

Quelques photos :

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

  1. Elo

    Salut Mon frérot,
    Wouahhhh tout ce suspens en valait bien la peine, ca fait rêver le Cambodge 🙂
    Du coup on suivra bien tes aventures, ramène moi un souvenir, mais pas des scorpions à manger sinon je fais une crise cardiaque !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code