•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Kep depuis Kampot

 

C’est depuis Kampot, où j’ai décidé de  poser mes sacs quelques jours, que je profite des alentours de cette ville avec un scooter loué directement à l’hôtel, le Sebana Guest Hotel pour le prix imbattable de 4$ la journée.

 

La newsletter :

Pour rester informé des derniers articles parus et ne rien manquer de l’actualité (news, voyages, support technologique nécessaire au backpacker, …), abonnez vous à la newsletter en remplissant le champ ci-dessous :

Pour tout savoir, c'est ici

Conformément à la loi RGPD vous devez valider les mentions légales accessibles en cliquant ici.

 

Samedi 6 janvier 2018

Suivant les très bons conseils d’Anna et de Seb, les gérants français du Sebana Guest Hotel, je me rends à Kep, parcourant les presque 30 Kms qui séparent les deux villes, avec mon scooter, pour y déguster du crabe au poivre vert.

Kep sur mer

Kep ou Kep sur mer, est une petite station balnéaire modeste et agréable, pas du tout pervertie par le tourisme de masse.
En outre, et c’est ce qui m’intéresse en premier lieu, elle  possède un marché de produit de la pêche, le fameux marché au crabe.

Le fameux crabe au poivre vert

On peut y acheter, et je ne m’en prive pas, un kilo de crabes vivants directement sortis de la nasse, et les faire cuisiner sur place dans une succulente sauce au poivre vert.

Assis, en train de déguster mes crabes au poivre vert, je fais la connaissance d’Eric, originaire du pays de l’oncle Sam.

Dans mon grand-breton bredouillant, nous faisons connaissance, le courant passe plutôt bien, si bien que je lui propose de venir avec moi, sur mon scooter, visiter une plantation de poivre.

Autant le crabe est la spécialité de Kep, autant en s’éloignant dans les terres, fleurissent des plantations de poivre qui en font l’autre spécialité de la ville.

Ainsi peux-ton déguster ce fameux crabe au poivre vert.

Sothy’s ferme biologique de poivre vert

Toujours d’après les conseils d’Anna et Seb, avec mon passager nous nous rendons 6 Kms plus loin, dont pas mal sur une piste de terre et de poussière, visiter la ferme de poivre Sothy’s, une ferme biologique tournée vers la nature et auto-suffisante en énergies.

La visite guidée des lieux se fait, pour ma part avec un volontaire wwoofing français, et en anglais dans un autre groupe pour Eric. Une visite très instructive.

En fin d’après midi, nous rentrons sur Kep, et après une  petite baignade dans la mer, je laisse mon passager, pour de mon côté, renter seul sur Kampot.

Dimanche 7 janvier 2018

Les babines alléchées par les étals, vus la veille, du fameux marché au crabe de Kep, je me rends à nouveau dans cette ville pour y déguster cette fois-ci quelques calamars au barbecue sans aucun autre but à ce moment 🙂


ccalamars et crevettes au marché du crabe à Kep - l'autre ailleurs au Cambodge

 calamars et crevettes au marché du crabe à Kep 

 

Sur le marché, je rencontre d’autres touristes français qui me parlent d’un parc national ici à Kep, dans lequel on peut se promener.

Mon programme pour l’après-midi est assuré.

Le parc national de Kep.

D’un coup d’accélérateur de mon scooter, mon déjeuner terminé, je me rends à l’entrée de ce parc national. Je gare mon scooter devant la guérite du gardien des lieux pour passer la barrière et entrer dans ce parc, moyennant 1$ pour l’accès.

Je me réjouis à l’idée de réaliser une petite randonnée, d’un peu plus de deux heures dans les bois.

Cependant, la notion de parc national, m’échappe ici quelque peu.

En effet le chemin est également accessible aux scooters.
C’est à croire que ce deux roues est tristement considéré comme le prolongement du corps des cambodgiens et qu’il leur difficile de s’en séparer 🙁

Fort heureusement pour moi, ce chemin forestier est peu emprunté.

En chemin, lors d’une pause, je fais la rencontre d’Imen et Gabsi, tunisiens vivants à Paris, et donc francophones, et d’Alexander le russe, mais surtout pas rustre, avec qui je passe un agréable moment d’échanges.

Ma randonnée terminée, je rentre sur Kampot, où je retrouve Eric qui a quitté son hôtel de Kep pour le  Sebana Guest Hotel que je lui ai fortement recommandé.

Le soir venu, après quelques bières (il faut bien se désaltérer 🙂 ), nous dînons ensemble dans le night market près de notre hôtel.

Lundi 8 janvier 2018

C’est à découvrir des grottes près de la ville de Kampong Trach située à 13km à l’est  Kep près de la frontière vietnamienneque je passe la journée, sans oublier d’aller me délecter à nouveau (j’y ai pris goût), d’un délicieux crabe au poivre vert comme l’avant-veille.

J’avais initialement prévu de passer ma journée sur Rabbit Island, mais par peur de m’ennuyer à vouloir jouer le Robinson Crusoé sur cette île, j’ai ainsi revu mon programme.

Le soir venu, tout comme la veille, je rentre sur Kampot où je retrouve Eric pour un dîner pizza, pour changer un peu de la cuisine Khmer.

Demain est déjà un autre jour et sera celui qui initie pour moi la fin de mon périple cambodgien avec un retour à la case départ, un retour à la capitale Phnom Penh.

 

 

Et si on jouait ?

 

Mon périple touchant à sa fin, j’ai décidé d’offrir aux trois premières bonnes réponses, un joli cadeau souvenir.

Pour participer, rien de plus simple, inscrivez en commentaire, la réponse à la question suivante (en fait, deux questions en une) :

Depuis quelle ville et par quels moyens de transport, ai-je visité les temples d’Angkor durant 3 jours (le troisième non consécutif) ?


mais c'est pour qui les zolis cadeaux ?
 
mais c’est pour qui les zolis cadeaux ? 

 

 

Quelques chiffres :

 
Le crabe de Kampot :

5$ le Kilo
2$
la cuisson
1$ la bière pour pouvoir m’asseoir à table savourer ce festin.

Visite de la ferme plantation de poivre:

Plantation Sothy’s
Visite gratuite sans aucune obligation d’achat

Parc national de Kep:

Accès : 1$
Mon avis : rien de bien extraordinaire, si ce n’est l’occasion d’être connecté avec un peu de nature.

Grottes de Kampong Trach:

Accès : 1$
Mon avis : rien de bien extraordinaire, quelques grottes dans lesquelles on peut trouver des petits lacs d’eau très pure (j’en ai pas trouvé)

Thierry

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code